1.Qu'est ce que le syndrome de Noé ?

« Quand le héros des animaux se retrouve dépassé par la situation.. »

Le Syndrome de Noé est un trouble extrême du comportement ressemblant au syndrome de Diogène qui, généralement, affecte des personnes déjà souffrantes de pathologies, comme d’une dépression, d’un isolement social. Le Syndrome de Noé amène les personnes qui en souffrent à accumuler beaucoup d’animaux au sein de leur foyer et de négliger les soins dans un déni complet dont ils ont besoin, ainsi que l’état de leur domicile. Accumuler des animaux devient  donc maladif.

Le Syndrome de Noé est caractérisé par : 

– une accumulation excessive d’animaux, de manière compulsive 

  •  surchargent d’animaux dans des espaces confinés, manque de place et une grande quantité  d’objets ou de déchets 
  •  un isolement social prononcé (amis, famille..), personne ne peut rentrer chez eux – pas de nécessité de se plaindre de cette situation 
  • incurie extrême (sols recouverts d’excréments, d’urines..) 

Les journaux, ainsi que les informations télévisées diffusent souvent des cas de Syndrome de Noé,  en voici quelques uns très récents : 

Le 18 Novembre 2020 : Une dizaine de chiens récupérés par une vieille femme vivaient entourés d’ordures et recouverts de puces dans le Val-d’Oise. 

Le 26 Juillet 2020 : Près d’une centaine de chats découverts dans une maison à Besançon dont une trentaine congelés et parqués dans des congélateurs 

20 Juin 2020 : En mission pour sauver une trentaine de chiens, ils finissent par en secourir plus de 180, une situation chaotique en Californie. 

19 Février 2020 : Une trentaine d’animaux dont des chiens et des chats découverts par la Police après plusieurs alertes du voisinage, dans 30m2 en Seine Saint Denis. 

Comprendre, c’est le mot clé pour mieux appréhender et accompagner une personne ou un proche touché par le Syndrome de Noé. 

Ce syndrome est assez complexe, il est causé par différents problèmes. 

Pour comprendre, il faut donc apprendre et se renseigner sur le sujet si vous souhaitez les accompagner dans la bonne direction.

Concentrez-vous sur la personne, pas sur les choses. Devenez un meilleur système de soutien pour cette personne.

À SAVOIR :

  • Un syndrome est un ensemble de symptômes derrière lesquels il peut y avoir une maladie  associée ou non.
  • Le critère principal du Syndrome de Noé est une personne qui, aux regards de ses proches  ou de n’importe quel autre observateur, aurait besoin de tout mais ne demande rien.
  • Par la suite, quatre points de douleurs sont observés chez les personnes souffrantes de ce  syndrome : une relation aux animaux, de manière compulsive / une relation au corps,  soigneuse ou décente / un réel déni des troubles l’affectant / ainsi qu’une relation aux autres avec une philanthropie ou à l’inverse une misantropie 
  • Une autre complication à risque doit retenir votre attention : les risques et nuissances pour le  voisinage (maladies, incendie, fuites, odeurs..) 

2. Les conséquences et le développement du syndrome de Noé

Le Syndrome de Noë, appelé également « Animal Hording » en anglais, est un syndrome se développant par le patient d’une envie et d’un ressenti psychologique de ne pouvoir laisser aucun animal en détresse ou à l’abandon, la personne souffre donc du « Syndrome du Sauveur », il préjudice la santé publique ainsi que le bien-être des personnes.

Qu'est ce que le Syndrome du Sauveur ?

Si aider les autres est très apprécié sur le plan social, en psychologie ce désir constant de sauver tout  le monde et de jouer constamment le super-héros qui sauve les gens peut cacher un trouble  psychologique. À ce jour, selon les spécialistes, ce trouble du comportement n’est pas considéré  comme un trouble mental ou une maladie. Néanmoins, il faut savoir que les personnes qui en  souffrent ne peuvent pas en guérir. Il faudra donc travailler sur le sujet, et trouver des solutions adaptées afin d’aider au mieux la personne souffrante, ce trouble fait souffrir autant celui qui en est atteint que son entourage

La personne ne supporte pas l’idée qu’un animal puisse être abandonné ou maltraité. Elle ressentira  donc le besoin absolu de sauver toutes âmes se trouvant sur son chemin, jusqu’à transformer son  habitation en véritable demeure et refuge pour animaux. Tous ces facteurs font que l’accumulation des animaux se convertit en maltraitance. De manière générale, ces personnes accumulent des  animaux appartenant à une même espèce mais il est tout à fait possible qu’ils accumulent des animaux d’espèces différentes. Les catégories animales les plus représentées sont : les chats, les chiens, puis les rongeurs. Inconsciemment la personne se retrouvera dans un déni total avec une vision des choses totalement irréelle. Son besoin constant sera de plus en plus important malgré le manque de ressources nécessaire au bien être élémentaire des animaux (litières, nourritures, espace  de vie nécessaire, soins..). 

« Une relation aux autres étonnante avec, soit le besoin d’aller aux contacts des autres, ou le plus souvent le besoin de fuir l’humanité. »

Un syndrome post-traumatique est souvent découvert chez ces amis des bêtes qui aiment leurs animaux mais les aiment mal. La cause de ce syndrome se situe dans un événement qui s’est produit dans le passé. Si vous parvenez à franchir cette porte et que la personne se livre, vous aurez probablement la chance de comprendre pourquoi tous ces animaux sont là !

La personne peut souffrir également d’un trouble de l’attachement, créé par l‘isolement prononcé,  le manque de contact avec la famille ou les proches et portera un amour inconditionnel dans sa vision des choses à ses animaux, jusqu’à l’interdiction aux personnes étrangères au logement de rentrer, de peur qu’on les lui enlèvent afin de les emmener dans un centre d’accueil adapté. 

« Une croisée des chemins » 

Une relation aux autres étonnante avec, soit le besoin d’aller aux contacts des autres, ou le plus souvent le besoin de fuir l’humanité. 

L’attachement est tel, que celle-ci peut même en venir à les considérer comme ses enfants de substitutions. Tous ont un point commun : le déni, cette conviction tenace qu’ils traitent du mieux  possible leurs animaux depuis toujours. Une croisée des chemins. La question de maltraitance animale d’un côté puis celle de la détresse humaine de l’autre. 

Selon certaines études, 75% des animaux vivant dans ces conditions insalubres souffrent de  maladies, manque de soins et sont infestés de parasites (puces, tiques, gales..), ils vivent moins  longtemps et meurent souvent dans des conditions de vie désastreuses.

 

3.Les risques associés

Un logement est considéré « en état d’insalubrité » dès lors que celui-ci est nuisible pour la santé de l’occupant et/ou de son voisinage, les logements insalubres dû aux animaux sont encore plus sujets aux problèmes de santé et de dangers. 

  • Risque sanitaire importants (maladies contagieuses, infections, problèmes respiratoires) – Invasions d’insectes / parasites 
  • Odeurs nauséabondes 
  • Troubles du voisinage 
  • Découverte de cadavres d’animaux en état de putréfaction avancés 
  • Excréments et urines en grandes quantités

4.Solutions et nos services

Vous devez réagir vite pour prendre en charge la personne et les animaux en détresse mais également pour traiter le logement qui présente un risque majeur de santé. 

Écouter et faire preuve d’empathie est une règle d’or afin d’aider le proche de la meilleure manière. Pourquoi ? 

Parce que la personne qui a le syndrome de Noé est souvent dans un isolement social prononcé, celle-ci évite ses amis et ses proches par peur du jugement. La personne vivant dans le logement, se sent très souvent très bien et en sécurité dans celui-ci, malgré la situation d’insalubrité. 

Quand la relation de confiance s’est à nouveau réinstallée, il faudra définir avec la personne des solutions et des attentes raisonnables. Un parcours long et continu. 

La mise en place d’une intervention auprès de spécialiste de la maltraitance animal sera nécessaire (SPA ou associations) afin d’enlever les animaux le plus vite possible, très souvent les animaux receuillis sont en détresse vitale (manque de soins, affamés, infectés de parasites..). Mais la démarche est délicate.

Enlever définitivement à ces amis des bêtes leur raison de vivre peut engendrer des dégats irrémédiables. Si la personne à un besoin vital d’animaux et qu’on lui coupe son « oxygène », elle mourra. Un risque d’AVC, de crises cardiaques, ou un choc psychologique avec des pensées d’esprits comme le suicide. C’est pour cela que sur de nombreux cas de syndrome de Noë, les services animaliers en charge du dossier, redonne à la personne, un de ses animaux après les soins. 

La prise de contact avec une entreprise de nettoyage spécialisée, ainsi qu’un professionnel de santé  (thérapeute, médecin traitant..) seront l’une des priorités dans ce processus. L’entreprise de  nettoyage comme la nôtre sera vous guider dans la situation actuelle car nous y sommes confronter chaque jours, le professionnel de santé sera le plus compétent dans cette situation car il pourra en discuter facilement. 

Si la personne refuse toute aide extérieure, c’est que la relation de confiance n’est pas instaurée. Il faudra tout au long de ce travail, sans abandonner, lui faire prendre conscience, pour son bien-être de vie, des différents avantages qu’elle obtiendra après une prise en charge auprès de professionnel de santé (psychologue, médecin..) et la collaboration avec une société de nettoyage spécialisée comme NDLE France. Il est très important également de reconnaître les changements positifs, les améliorations, aussi petites soient-elles, pour l’aider dans l’épreuve et ainsi contribuer à encourager les nouveaux changements de vie.

5.L'histoire de ce Syndrome

Pour comprendre les raisons qui expliquent l’utilisation de cette métaphore pour intituler ce trouble compulsif, il faut revenir au premier livre de la Bible, le livre de la Genèse. L’Arche de Noé est un navire construit sur l’ordre de Dieu afin de sauver Noé, sa famille, ainsi que plusieurs espèces animales pour les sauver du Déluge sur le point d’arriver. Le syndrome de Noë tient donc son  appellation de ce récit biblique. De l’anglais « animal hoarding », qui signifie : thésaurisation* des animaux. 

* Fait d’accumuler de façon improductive.